Dans le jardin d'mon père,

ou presque,

dans le jardin de mes voisins, artistes,

il y a, non pas des lilas fleuris

mais une superbe ...

027

... glycine que je vous montre avec un intervalle de trois jours.

028

A mon balcon cette glycine
Tord ses bras fleuris dans le soir,
Avec le tendre désespoir
D’une princesse de Racine.

029

Elle en a la fière langueur
Et la mortelle nonchalance ;
Et lorsqu'’un souffle la balance,
Et que le jour traîne en longueur,

030

Et tarde à partir, et recule
Le déchirement tant qu'’il peut,
Elle exhale une âme d'’adieu,
Bérénice du crépuscule !

031

Le livre glisse de mes mains.
Le petit drame se termine.
 Cruel ! dit au jour la glycine.
Les cieux blessés ont des carmins.

032

Par la haute porte-fenêtre,
Mystérieusement, alors,
Une des branches du dehors,
Comme un geste vivant, pénètre.

036

Du frémissant encadrement
Ce bras jeune et souple s’'échappe ;
Et je sens sur mon front la grappe
Qu'’il laisse pendre tendrement !

037

Tout s'’embaume. Et je remercie.
Et, pour lui dire mon amour,
Je donne à la fleur, tour à tour,
Le nom d’'Esther et d’'Aricie.

038


Et je compare, les yeux sur
Mon livre tombé sans secousse,
L’'odeur plus forte d’'être douce
Au vers plus ardent d’'être pur !

040

Un divin poison m'’assassine !
Et je doute, en le chérissant,
Si de ma glycine il descend
Ou s'’il monte de mon Racine !

(Edmond Rostand, Les Musardises, 1911)

039

 

Elle est belle, n'est-ce pas, dans son écrin sombre de pins ...

041

 

... et prodigieux l'élan qui la propulse à l'assaut du ciel.

042

 

Encore un petit effort et elle offrira aux nuages ...

043

 

... une pluie de parfum et de miel.

Comme chaque année, je vais la photographier

comme une vieille connaissance

et mes photos argentiques sont toutes jaunies d'avoir été exposées.

Je vous souhaite des heures mauves et d'énivrants parfums.

052