Il y a cuisine et cuisine !

Je vous montre d'abord, celle du château. 

Je l'aurai cru plus grande

vu le nombre de convives mais surtout en regard

du nombre de cuisiniers et commis

qu'il devait falloir.

C'est qu'on ne mangeait pas au 18ème siècle comme on

mange maintenant.

IMG_7673

 

Je ne sais pas si, derrière les portes, d'autres pièces s'y trouvent.

IMG_7674

 

Seulement, trois "potagers", trous dans lesquels on mettait des braises ...

IMG_7675

 

... nos cuisinières à plusieurs feux.

 

IMG_7676

 

Moules à tourtes, je suppose, qu'on dirait faits en terre brute.

IMG_7677

 On gardait les herbes dans une pièce à part et on venait les effeuiller

à la demande. On en utilisait beaucoup plus qu'à présent.

IMG_7678

 

Les huiles, bien sûr. D'olive, sûrement.

IMG_7679

 

Quelques herbes seulement. 

IMG_7680

 

Je ne me souviens pas de son nom. On y faisait mariner les viandes

si mes souvenirs sont bons.

Lotus vient de me donner le nom. Du sumac mais elle doute de 

son emploi en marinade.

Après un petit tour sur le net, salée d'origine, elle servirait en touche finale

sur l'assiette comme on le fait pour le poivre.

IMG_7681

La visite est terminée et nous allons rentrer déjeuner ...

IMG_7683

 ... après avoir pris congé des "châtelains".

IMG_7648

 

Dattier ? Pour une fois, les fruits sont à ma hauteur.

*****

A mon arrivée, nous avons mangé du sanglier cuisiné par

mon gendre, mais la préparation de la gigue 

de chevreuil m'incombait. Et c'était la première fois que j'en

faisait cuire.

Sans mes herbes et condiments, je me suis débrouillée comme j'ai pu.

Cela a plu à Pierre car il m'en a demandé la recette.

Gigue de Chevreuil à la débrouille

IMG_7923

 

Mélanger dans un bol, de l'huile d'olive, du vinaigre balsamique, du sel, du poivre, du romarin,

des herbes de Provence, des échalotes écrasées au presse ail, de la sauce soja

et en badigeonner la gigue.

Lorsque le four est chaud, ajouter un peu de vin dans le reste du mélange ou d'eau, comme moi, et arroser la viande pendant la cuisson, plusieurs fois. 

Il n'a fallu qu'une heure dans un four à 200°, avant de pouvoir passer à table où nous l'avons 

mangée avec des frites et des haricots verts.

Mais le lendemain, Pierre a voulu qu'on mange le reste, en sauce.

J'ai repris les mêmes ingrédients en ajoutant un bouillon de légumes et en faisant revenir les

échalotes avec un peu d'ail. La gigue fut réchauffée à la poêle et a été servie avec des pommes de terre, le tout nappé de sauce.

IMG_7924

Mes convives ont apprécié et c'est bien là le principal. 

J'ai fait comme pour le gibier dont j'avais lu des recettes, et j'ai bien aimé.

Pauvre petite bête !

Ma fille, te voilà avec une recette toute simple, qui plaira à ton homme.

Beaucoup de lecture, aujourd'hui, et pas beaucoup de photos.

Je me rattraperai la prochaine fois.

Il fait encore beau aujourd'hui mercredi mais je ne sais s'il fait froid.

Je vous souhaite une belle journée ensoleillée et tiède.

IMG_7682