Sur une idée de Monique

et pour la ronde de Lylou,

cette petite mise en scène de chandeliers 

et de bougeoirs.

J'ai utilisé dernièrement mon chandelier en argent,

je me suis donc rabattu sur celui en verre.

Comme Monique,

j'ai voulu rendre hommage aux victimes de Paris et de Bamako.

 

003

 

J'ai déposé des fleurs au pieds des bougeoirs et chandelier comme ...

004

 

... cela se fait sur les lieux des attentats ...

001

 

... et j'ai lu, comme souvent quand le temps est lourd, des poèmes.

005

 

Ils sont partis J'écoute mourir les pas sur la route je les suis

006

 Je demeure arrêté comme un train dans un tunnel de suie

007

 

On dirait un signal interminablement dans la nuit qui sonne

008

 

Personne personne personne

009

 

(...) J'écoute les pas mourir j'écoute

010

 

Au loin mourir les jeunes gens

011

Aragon le dit si bien que pourrais-je ajouter ?

012

 

Ils sont morts parce qu'ils aimaient la vie, la musique, l'amour ...

013

 

... parce qu'ils étaient jeunes et préféraient la vie à la mort.

014

Nos lumières continueront à briller et doubleront les étoiles.

008

 

Le soleil, ce soir, s'est couché dans un flamboiement de lumière ...

009

 

... dont les photos ne donnent qu'une idée.

010

 

Voulait-il nous aider à espérer en des lendemains d'amour et de paix ?

Je vous sais tristes, chassez les ombres et souriez,

et dîtes comme ce père qui a perdu sa fille,

"Vous n'aurez pas ma haine" !

Non, ils ne vaincront pas.

A demain !

011