Pour le Papotage de Pat

papotage

Au Musée d'Orsay, a été présentée une exposition intitulée

"Peindre l'Arcadie de Pierre Bonnard".

Je dois dire, qu'après cette visite, je ne regarde

plus ce peintre de la même façon.

Il est toujours interdit de photographier malgré

Mme Fleur Pélerin.

C'est à partir de cartes postales et de livres que je vous montre

ces quelques oeuvres. Les photos ne sont donc pas très bonnes.

Je vous prie de bien vouoir, m'en excuser.

001 

L'enfant au Pâté de sable

N'a-t-il pas un petit air japonisant ?

002

 Grande salle à manger sur le jardin

Bonnard peintre du bonheur facile, est d'après Guy Cogeval et Isabelle Cahn, plus complexe.

003

L'atelier au mimosa

Il fut influencé, au début de sa carrière, par le japonisme comme vous le verrez

aussi par la dernière photo, entre autres.

004

Le cabinet de toilette

Étudiant en droit, il se tourne vers la peinture 'émerveillé' et plein d'allégresse.

005

Intérieur blanc

Cette allégresse est un état d'esprit.

007

Danseuses

L'humour et l'énergie filtrent les émotions trop directes.

008

Salle à manger à la campagne

Le sentiment qui domine est un grand désir de bonheur ...

010

Paysage méridional, Le Cannet

... il construit cette image à travers toute son oeuvre.

011

L'après-midi bourgeoise

Le thème arcadien serait une certaine idée du bonheur ...

012

La loge

... une sorte de ré-enchantement de la vie quotidienne, en somme,

013

La table

... avec peut-être une dose de nostalgie ?

014

La table de travail

Bonnard est quasiment un inconscient ...

015

Femme au jardin, femme à la robe à pois blanc, femme assise au chat

... le contraire d'un engagé.

016

La soirée sous la lampe

Il vit entièrement absorbé dans son monde ...

017

Le pommier fleuri

... et quand il en sort, il se prend les pieds dans le tapis.

018

L'amandier en fleurs

La réalité est réinterprétée en permanence.

006

L' Enlèvement d'Europe

La réalité qu'il peint est toujours une réalité intérieure avec des éléments

sélectionnés dans son monde personnel.

Est-ce cet aspect qui m'a séduite. Ne ferais-je pas de même, écartant

tout ce qui est déplaisant ?

Il disait "Faire jaillir l'imprévu, l'exquisité."

Je vais garder cette phrase de lui. C'est comme cela que j'aimerais que soit ma tâche.

Guy Cogeval est président du musée d'Orsay

et Isabelle Cahn, conservateur en chef des peintures.

J'ai tiré ces quelques photos et éléments de réponses de leur entretien

dans Connaissance des Arts.

J'espère vous avoir un thème pour le papotage et un sujet de

réflexion et vous souhaite une bonne marrade.

A mercredi avec le premier volet des tables.

019