Il souffle, sur le XVIII ème siècle,

un vent de liberté.

La mort de Louis XIV  qui cadenassait

dans la grandeur,  les arts et la vie,

toujours en représentation,

de la cour et la noblesse.

 

053

 

Les pièces d'apparat deviennent intimes ...

054

 

...on a envie de vivre plus légèrement.

062

 

La peinture se tourne vers le nu féminin ...

063

 

... les fêtes galantes, les décors de théatre.

064

 Watteau, Chardin, Fragonard, Boucher ... 

068

 

... représentent formidablement bien cette tendance ...

071

 

... coquine et légère.

072

 

Le badinage et le libertinage sont à l'honneur ...

073

 

... et laisse la place belle à la sensualité.

074

Début du romantisme avec Canaletto, Guardi ...  

076

 

Bref, le 18ème rompt avec la pesanteur ...

078

 

... le carcan rigoureux de la morale ...

084

 

... et préfère aux thèmes religieux ...

090

 

... les scènes champêtres ou bergers et bergères se content fleurette.

091

 Vous l'ai-je dit, c'est cette période que je préfère.

092

 

Par contre, le XIX ème me semble tellement emprunt de lourdeur ...

094

 

... et de sérieux marchand, que je ne l'apprécie pas du tout.

095

 

L'aristocratie contre la bourgeoisie !

096

 

Aristocratie au sens que lui donnait Aristote, bien sûr.

 

083

 

Ce visage d'enfant est magnifique de douceur. Greuze ?

J'adore les portaits qu'il fait des enfants.

Je vous souhaite une très belle journée.

A demain !

097