J'ai été bien occupée,

ces derniers jours et pourtant, je n'ai rien fait.

Abasourdie, je n'ai fait que suivre à la télé ce qui

se passait tout en répondant à vos commentaires et allant voir

vos blogs ou je retrouvais la même sidération. 

Une copine a tenu à venir me voir pour m'apporter un petit

cadeau et parler de ce qui nous dépassait.

Pourtant, elle est Antillaise et a vécu, comme moi, des émeutes.

008

J'ai vite préparé une petite table et les macarons de mon fils ...

009

... ont été mangés avec plaisir.

010

Heureusement que je n'avais pas tout rangé et que les cartons était encore là.

011

Ensemble, nous avons pu suivre les rassemblements, la larme à l'oeil.

012

Le soleil était là, lui aussi, rendait-il hommage ?

 

013

 

Je n'ai jamais vu autant de personnes dans un tel calme et sans incidents.

 

014

 

Les casseurs qui viennent pourrir toutes les manifestations ...

 

015

 

... seraient-ils sidérés, eux aussi ?

 

016

 

La première fois aussi que tant d'hommes d'état se soient déplacés.

 

017

 

Si nous pouvions restés aussi unis très longtemps,

je n'ose pas dire toujours. 

J'essaierai, quant à moi, de soutenir le journal en l'achetant afin

qu'il puisse dire tout haut ce que nous pensons tout bas.

Comment trouvez-vous, ma jolie tasse ?

Christiane a-t-elle bon goût ?

Je vous souhaite une très belle journée, pleine de cette énergie qui 

abat les montagnes.

 

005