Nous terminons notre promenade

à la poursuite des glycines ?

Nous ne les ferons pas toutes, il y en a trop

et surtout, j'oublie, une année sur l'autre où

je les ai vues.

Nous quittons le 14ème et la rue de l'Abbé Corentin ...

306

Et nous nous dirigeons vers la Tombe Issoire ...

307

... côté Alésia, toujours dans le 14 ème.

308

 La glycine chevauche la clôture ...

309

 ... et s'étend.

Je ne sais ôter les disgrâces mais je vais apprendre. 

310 

N'est-elle pas belle, celle-la aussi ? 

311 

De quoi réchauffer les pierres ... 

312 

... et rendre moins rébarbatives, les grilles. 

314 

Une fleur de grand-mère. Vous croyez ? 

315 

Une si jolie fleur n'intéresserait qu'elles ?

316 

C'est pas grave, j'assume ! 

318

J'en ai l'âge qui plus est !

319 

Et quand un de mes grands pots sera libre, j'en planterai une.

325

Marchons encore un peu.

321

J'ai retrouvé ce même arbre, Evelyne, en plus jeune.

324

Le pigeon est en train d'essayer de casser une brindille.

Le vombrissement d'une moto l'a fait s'enfuir.

326

Cet arbre sème à tous vents ...

327

... sa progéniture qui crisse sous les pas comme des feuilles mortes.

329 

Nous approchons ...

333

... de la Butte aux Cailles, toujours du même côté.

334 

Là aussi, un admirateur nous fait attendre un peu. 

335 

Nous n'allons pas nous plaindre, si ? 

336

Trop de photo, pas de place pour le goûter ?

Vous avez raison, nous avons mangé des fleurs,

du soleil, du ciel bleu et nous n'avons plus le temps, le repas

du soir est proche.

Ce sera pour une autre fois.

Allez, ne faites pas la tête,

je vous souhaite une magnifique journée.

A demain !

328