Le village est désert.

Le vent glacial s'engouffre dans la rue

principale et fait tournoyer les éclairages installés

pour les fêtes.

022

La pluie, froide, fine, aidée par le vent s'insinue

sous les manteaux

et glace les rares passants.

029

Une nuit d'encre ...

031

... s'est installée plus tôt qu'à l'ordinaire ...

038

... et rend l'endroit lugubre.

033

Il y a des endroits où on n'oserait s'aventurer.

035

Le village s'endort ...

037

Heureusement, quelques endroits éclairés ...

039

... rend aux lieux un aspect plus sympathique.

040

Cette belle et grande demeure a du faire le bonheur ...

041

... d'un notable.

042

La reconnaissez-vous ?

043

Non, non, ce n'est pas la lune.

048

Pour se tenir au chaud ...

049

... les volets se sont fermés ...

050

... et retiennent leurs hôtes ...

051

... près de l'âtre.

052

Je n'ai pas eu besoin d'attendre ...

053

... de choisir l'instant ...

055

... pour fixer l'image ...

054

... dans nos mémoires ...

056

... à 17 h 30, le village est désert.

Dans cette nuit, seul ce lieu ...

044

... était comme un phare et ralliait les derniers passants.

Je comprends pourquoi les Maires de

certaines petites communes 

installent au frais de la collectivité de

jeunes boulangers.

La boulangerie est le dernier rempart contre la désertification,

la mort d'un village.

Je vous souhaite une journée radieuse et ensoleillée.

A demain !