... sont partout !

Nous avons tellement besoin

de verdure, de plantes, de jardins

que dès que nous avons cinquante centimètres carrés,

et même moins,

nous disposons un pot avec ne serait-ce 

qu'un peu de persil.

142

Une mosaïque ?

Un immeuble avec tous ses balcons-jardins que l'on ne distingue pas très bien malheureusement.

005

Ce fraisier ne donnera sûrement pas un dessert, mais ...

044

Une jolie potée, petit jardin de cet appartement.

012

Un pot acheté chez le fleuriste fait oublier l'indigence du balcon.

001

Des fleurs, si haut ...

A l'oririgine elles étaient d'un bleu intense et deux fois plus grosses.

141

Les trottoirs aussi participent ...

014

Les fleurs illuminent les vieilles pierres ...

017

... et égaient les nouvelles ...

015

... les arbres prennent place sur les terrasses.

013

Et regardez comme un si petit endroit peut donner

l'illusion d'un jardin.

018

Un pot ...

020

... un bout de trottoir ...

021

... une petite cour ...

022

... chaque endroit ...

023

... est mis à contribution ...

024

... pour relier l'homme ...

026

... à la nature.

027

Et celle-ci est si présente ...

029

... que, paraît-il ...

030

...  les abeilles  seraient plus en sécurité ...

035

... en ville ...

037

... qu'à la campagne ?

040

Ces dernières ...

042

... produisent d'ailleurs ...

043

... du miel ...

044

... maintenant ...

A Paris, le miel de ville gagne sur le miel des champs

crédit photo www.lexpress.fr

... et celui de Paris se taille une bonne réputation.

w

crédit photo wwwlinternaute.com

N'est-il pas appétissant ?

Après le miel de sapin, d'acacia, mille fleurs ... le miel

toits de Paris. Il paraît qu'il a un parfum particulier.

Et même la Tour d'Argent s'y met :

Quelque 240.000 abeilles ont produit cet été 200 kg de miel sur le toit du restaurant La Tour d'Argent, dernier haut lieu prestigieux en date à accueillir des ruches au coeur de Paris. ( Reuters/Jacky Naegelen)

 

Cette production de miel de ville, plus doré et souvent beaucoup plus parfumé que son concurrent des champs, a été relancée par Nicolas Géant, ancien consultant dans la finance devenu apiculteur à plein temps.

source L'Express

Je ne vais pas engager la discussion 

chacun tenant pour le sien, cela va de soi.

Je ne pourrai vous donner mon opinion,

je ne l'ai pas encore goûté. Le moindre petit pot

vaut entre 15 et 20 euros, pour ceux

que j'ai vu. 

Je vais continuer à me fournir chez mon petit

apiculteur de la Sarthe.

Vous, bien sûr, c'est le vôtre que vous préférez ?

Je vous souhaite un merveilleux dimanche avec ou sans miel.

A demain !